BOYOHBOY

FILMS
MARATHON

NEIL VAN DER HULST
EVERY NEW DAY

INSPIRER
SENSIBILISER
DIABOLISER

Prévenir l'homophobie à l'école devrait être une évidence. 
Boyohboy se proposait d'apporter des courts-métrages en milieux scolaires pour sensibiliser les ados sur l'importance d'accepter qu'il y ait différentes façons d'aimer.
Notre volonté était de sensibiliser les adolescents, en allant sur le terrain, dans les lycées et collèges d'Ile de France, leur montrer des courts-métrages de fiction, dont le sujet et l'approche sont adaptés pour les interpeller sur l'importance d'ACCEPTER QU'IL Y AIT DIFFÉRENTES FAÇONS D'AIMER.
Chaque projection devait être suivie d'un accompagnement pédagogique encadré par l'association CONTACT qui devait animer des débats et discussions avec les élèves au terme des projections de films en classe.

De nombreux artistes soutenaient notre concept

Kev Adams | Felix Mallard | George BlagdenIsak Danielson | Paul de Saint Sernin | Gaston Re | Matteo Perez | Diane Pernet | Til Schindler | Felix Mallard...

Mobirise


En fin d'année scolaire, boyOHboy se proposait d'organiser un FESTIVAL international de CINÉMA LGBT à Paris



Le but était de présenter au public Francilien, les films (venus du monde entier) qui auraient le plus touché les jeunes à qui nous les aurions montrés durant l'année écoulée.
Les lauréats (des Prix du jury, du public et des élèves) auraient été récompensés sur la base de leur démarche créative et sociale, dans le prolongement du message délivré en classe.


Au terme de 2 ans de travail, le rectorat de l'académie de Paris (Babtiste Léon), la DGESCO (Laurie Potier), la DILCRAH (Frédéric Potier et Anne-Lise Savart), l'observatoire académique des LGBTphobies (Audrey Gelmam) et SOS Homophobie (encore la famille Potier), ont choisi de bloquer notre projet de façon abrupte, au détriment du processus de sélection ordinaire et du mérite...
L'égo et les coups-bas sournois de ces élu(e)s narcissiques et népotistes payés par le contribuable, ont eu raison de nos efforts!

Nous pensons qu'IL NE SERT À RIEN D'ALLER CONTRE LA CONNERIE DES PETITES GENS bureaucrates qui continueront d'avoir pouvoir de vie ou de mort sur la création artistique (fusse-t-elle d'intérêt général et d'utilité publique) !
Nous préférons abdiquer, plutôt que de ressentir la frustration rageuse de devoir servir les intérêts personnels d'éberlués qui ne servent aucune autre cause que leurs propres ambitions malsaines ...et qui s'offusquent de ne pas être flattés comme ils l'entendent.



        CONCLUSION :

Les intérêts personnels sont plus importants que l’intérêt général et les causes d'utilité publique. 
Les administrations adorent se voiler la face (et celle du contrubuable) avec des titres ronflants qu'il faut flatter pathétiquement. Ces élu(e)s népotistes au pouvoir castrateur n’aiment pas les vraies initiatives concrètes et innovantes, ils préférent créer d'inutiles observatoires gérés par des éberlué(e)s, qui ne servent à rien d’autre que donner bonne conscience aux politiques, qui redorent ainsi leur image dans les médias avec du vent. 
Notre administration est arrogante, présomptueuse et elle aime donner des leçons de vie ...pendant que sa maison brûle !